Qu'est-ce qu'une fontaine ?

 

Une fontaine est une construction destinée à donner issue à des eaux, avec un bassin qui forme le réservoir.

Une fontaine publique est un édifice public qui distribue de l'eau. Viennent ensuite les fontaines
monumentales, les fontaines jaillissantes et de nos jours les fontaines lumineuses pour la décoration des
villes.

En Grèce, ainsi que l'attestent la peinture des vases et des oeuvres littéraires, l'existence des fontaines et
d'autant  plus notable que celles-ci participent à la vie religieuse de la cité.

Dans la Rome antique, ont trouve le même respect pour l'eau jaillie de terre qui s'échappe parfois d'une
urne portée par une nymphe ou d'une amphore. A Ostie, à Pompéi, à Tingad se voient encore les restes de fontaines variées.

A toute les époques, en Italie on a attribué une importance capitale dans les travaux d'urbanisme, aux fontaines monumentales, elles étaient tellement indispensables à la population qu'on les considérait naturellement comme des symboles de la vie et de la puissance des cités.

L'empereur Tibère par la magnifique fontaineen marbre qu'il fit construire dans son palais de Capri, convainquit son entourage de la merveilleuse source de bonheur que l'eau peut être pour l'homme.

Les Fontanalies étaient une fête que les Romains célébraient en l'honneur des nymphes qui présidaient aux fontaines et aux sources. Elles se célébraient le 13 octobre, qui était le troisième jour devant les ides.

Ce jour-làon trempait dans les fontaines et dans les puits des guirlandes de fleurs et on en couronnait les enfants.

De la villa impériale d'Hadrien à Tivoli aux jardins maures de Grenade, les hommes ont, de tout temps, maîtrisé l'eau pour rehausser l'éclat de leurs jardins. Ainsi la Renaissance italienne nous a-t-elle légué ses incomparables jeux d'eau de la Villa D'Este où fontaines et cascades bondissantes rompent le calme des bassins et pièces d'eau.

A la renaissance, les papes qui se succédèrent sur le trône de Saint-Pierre virent que la grandeur et la propriété de Rome étaient liées à l'abondance de l'eau. Ils firent remettre en état quelques-uns des vieux aqueducs et construire des fontaines dans tous les quartiers.

Ils demandèrent à des artistes, architectes et sculpteurs, d'en imaginer quelques-unes pour orner certaines places; ce sont celles que nous admirons encore aujourd'hui et dont nous entendons le bruissement musical continu. Respighi, auteur de poèmes symphoniques, essaya de rendre le chant de ces fontaines dans une suite d'orchestre. Parmi les fontaines, oeuvres d'art, les guides en mentionnent une trentaine; celle de Trevi fait obligatoirement partie du programme.

C'est Clément XII qui commanda à l'architecte Nicolo Salvi cet ensemble grandiose, qui ne fut terminé qu'en 1762. La fontaine est accordée à un aqueduc long de 21km et alimentée par l'eau de l'Acqua Virgo. Le nom de cette eau vient d'une légendeprétendant qu'une petite fille en avait révélé la source à des soldats altérés.

On connait l'usage de jeter une pièce de monnaie dans le bassin de cette fontaine pour s'assurer un retour à Rome. Elles parlent, les cent fontaines de la Villa d'Este, s'écrie d'Annuinzio, elles parlent sous les verdures, tandis que sur les faîtes, revêtus de pourpre par le soleil, resplendissent, ô gloired'Este ! Emouvante symphonie, sorte de cantateà plusieurs voix, où les thèmes s'enlacent avec art.

Le bruit de l'eau accompagne la rêverie mobile comme elle. Le chant des fontaines semêle aux rumeurs du vent dans les frondaisons.

Mais il est vain de vouloir exprimer avec des mots ce qui est par essence intraduisible et noter des harmonies si fluides qu'elles se décomposent au moment où elles se forment.

Le Moyen Age prodigua les fontaines d'apparat; celles-ci figurèrent dans presque toutes les grandes fêtes; on les dressait sur les places, dans les carrefours, et ce n'était plus l'eau, mais le vin qui coulait, d'autres, construites à l'intérieur des châteaux et des manoirs, jetaient deseaux parfumées. Sous l'influence de ces paysagistes, la France ne tarda pas à transformer ses jardins, François 1er met à la mode les grottes à jeux d'eau où fonctionnent déjà d'astucieux artifices hydrauliques. Le château de Hesdin, dans le Pas-de-Calais, en est, notamment, un curieux exemple. Mais il faut attendre l'année 1628 pour que l'art des jardins prenne un réel essor; sous l'impulsion d'une ordonnance de Richelieu qui prescrit la démolition des forteresses féodales et leur transformation en résidences. Le premier joyau

est Versailles qui donne la mesure de son génie et de sa maîtrise des jeux d'eau. pour remplir les bassins et alimenter les fontaines, il fallait des eaux vives.

Le site de Versailles en manquait et le 17e siècle ne disposait pas des puissantes pompes que nous utilisons de nos jours. Les Francines, famille italienne implantée en France et qui avait doté Paris de l'aqueduc d'Arcueil, furent chargés de résoudre le problème. Les illustres fontainiers se transportèrent à Versailles et se mirent à l'oeuvre. Ils établirent des réservoirs qui recueillaient toute l'eau de source et de pluie que l'on pouvait capter et l'envoyèrent dans les jardins par un réseau de tuyaux de plomb et de fonte d'une longueur totale de plus de 20km. En outre, à l'aide de la machine hydraulique de Marly, on mit la Seine à contribution. Ce n'était pas encore assez pour alimenter largement les 1400 jets d'eau, dont 600 seulement subsistent et qui consommaient quand ils coulaient 6 200 000 l/heure (1723 l/seconde) aussi Louis XIV eut-il l'idée de détourner les eaux de l'Eure. Les travaux commencés ne furent jamais achevés; et l'on aperçoit encore, aux environs de Maintenon, des tronçons d'aqueduc, témoins de cette vaste entreprise abandonnée.

 

La Renaissance ressuscita le culte de l'Antiquité pour les fontaines. Ce fut surtout au 17è siècle, grâce à l'aqueduc d'Arcueil, que les fontaines devinrent nomreuses au 18e siècle. En province, toutes les expressions de l'art français ont trouvé leur application dans ces utiles constructions. Situésaux quatres coins de l'Europe, certains jardins d'eau constituent pour l'amateur, des leixu privilégiés. Il faut voir à Grenade les jardins du Généralife. La longue cour, formée d'un étroit canal alimenté de superbes jets d'eau qui s'entrecroisent et ponctuée à son extrémité par deux portiques.

En Grande-Bretagne, les jardins d'eau tiennent une place de choix, parmi les plus réputés, les jardins royaux de Kew et les jardins aquatiques de Chatsworth, dans le Derbyshire dominé par une grande cascades et une fontaine dite de l'empereur où la gerbe d'eau peut atteindre 70m de hauteur. A Blenheim Palace, il faut voir cet ensemle de miroirs et de bassins où alternent lacs et rivières. Sachez aussi que nous retrouvons de très belles fontaines monumentales en Allemagne, Autriche et en Russie.

Avec l'apparition de l'électricité, la première fontaines lumineuse fonctionnant avec pompes fut installée à l'Exposition Universelle de Barcelone en 1888. A l'Exposition du Siècle à Paris en 1900, la fontaine, appelée Château d'eau fut construite en staff avec une ornementation moderne d'une extrême richesse. L'eau arrivait dans une cavité en forme de gueule de dauphin située sous une voûte.

Elle était fournie par des pompes situées sur les berges de la Seine d'un débit total de 4 000 000 l/heure. La coloration des eaux retombantes et jaillissantes se faisait par le dessous, en interposant des verres de couleurs entre le foyer électrique blanc des lampes à arc et un miroir qui projetait sur les nappes ou les gerbes la lumière ainsi colorée.

Egalement à l'Exposition internationale de Paris en 1937, les fontaines recueillaient la plus large admiration populaire. Véritables féeries à la fois musicale et visuelles, elles témoignaient dans leur conception d'un souci artistique très pur. Dix-neuf thèmes aquatiques lumineux et sonores en formaient la base. La fontaine était placée sur pontons flottants d'une longueur de 82m et installée sur la Seine.

Au nombre de 82, les vannes commandées électriquement permettaient de faire danser les 174 jets d'eau dont certains atteignaient 60m de hauteur. Les effets lumineux étaient des plus féeriques, il y avait 320 projecteurs de 2000 à 3000 w placés à l'intérieur du ponton et dont le rôle est d'éclairer les jets d'eau de bas en haut, 80 projecteurs de 2000 w qui illuminent les parties hautes. Enfin 400 projecteurs

de 500 w éclairaient la rampe d'eau placée en avant des pontons et dissimulant ces derniers aux spectateurs.

La puissance installée atteint 1454 CV pour les pompes, d'un débit de 2450 l/seconde, et 1120 KW pour l'éclairage.

Avec ces quelques rappels historiques, il ne faut surtout pas oublier de parler de la prodigieuse fontaine monumentale de Montjuich à Barcelone; construite en 1929 pour l'Exposition Internationale, restaurée en 1953, modernisée et musicale en 1976. Oeuvre extraordinaire où la technique est appliquée à toute espèce de jeux d'eau et de lumière. Le bassin ovale de 50x65m contient 28 jeux d'eau différents combinés avec plus de 2100 jets d'eau qui débitent 2430 l/seconde et synchronisés avec 4730 lampes qui forment q0 tonalités de lumière, ce qui fait qu'en pratique les variations sont d'un nombre illimité.

 

En ce vingt et unieme siècle, les fontaines, les cascades, les jeux d'eau sont conçus par des spécialistes, véritables fontainiers d'art, qui mettent en commun les matériaux, l'hydraulique, l'électricité, l'électronique, la musique et constituent des oeuvres complètes.

A l'aide de pompes, ajutages, combinateurs hydrauliques, projecteurs, variateurs électroniques, les boitiers avec lecteur CD pour faire danser vos jets d'eau.

LE MONDE FANTASTIQUE DES FONTAINES